Le tram, ce « vieux machin » devenu symbole de modernité

par Noé Lecocq le 27 octobre 2010

A l’heure où le retour du tram à Liège a été confirmé et où les modalités de ce retour sont débattues, il est intéressant de revenir sur l’histoire de ce mode de transport, un temps passé dans l’oubli, et sur les causes — notamment environnementales — de son retour à la une de l’actualité.

Les débuts

Le tramway est apparu durant la première moitié du XIXe siècle. Les tout premiers tramways, tractés par des chevaux, sont construits aux États-Unis et circulent dès 1832 sur la ligne de New York à Harlem |1|. Dans les décennies qui suivent, le tramway se développe dans de nombreuses villes d’Europe, y compris à Liège, avec l’inauguration du tronçon Guillemins - St Lambert en 1871 |2|.

JPEG - 225 ko
Tramway hippomobile à Paris (carte postale de 1906). Source

Cependant, la mise en place des premiers réseaux de tramways, ne se fait pas toujours sans heurts. À Montréal, notamment, où les propriétaires et les conducteurs de voitures de louage tentent par de violentes manifestations de s’opposer à ce nouveau concurrent. Le tramway souffre également de ses tarifs prohibitifs et de la faiblesse du service offert.

L’âge d’or

Le développement de la traction mécanique va donner au tram un nouvel essor, en améliorant puissance et vitesse. Le tramway à vapeur fait son apparition dès les années 1860 |3|. A Liège, c’est en 1880 que le premier tramway à vapeur est mis en service. Sa vitesse de 15 km/h est telle — en comparaison des 8 km/h du tramway hippomobile — qu’il est même interdit un temps par le conseil communal !

Mais la traction vapeur ne durera pas. Bien vite, les premiers tramways électriques font leur apparition, comme à Sarajevo en 1885. La modernité technique que représente l’électricité et les faibles nuisances engendrées par celle-ci facilitent son adoption rapide, une fois les difficultés liées à la production et au transport de l’électricité résolues.

À Liège, l’électrification mène à une extension considérable du réseau dans les années 1890. Dans les années qui précèdent l’exposition universelle de 1905, en plus de la boucle de la populaire ligne 4, de nouveaux tronçons sont inaugurés vers Ans, Fléron, Wandre, Chênée, Angleur ...

JPEG - 56.8 ko
Tramways électriques devant la gare des Guillemins en 1905. Source

Le tramway connaît partout un essor considérable, avec la multiplication des lignes et l’accroissement du nombre d’usagers. À l’entre-deux guerre, il est devenu le principal moyen de transport urbain. Les transports hippomobiles ont quasiment disparu de toutes les villes européennes et américaines et les bus sont encore en phase de développement. L’automobile reste réservée à une clientèle aisée. À titre d’exemple, le réseau de Montréal qui transporte plus de 100 millions de passagers par an, atteint 510 km en 1933 |4|.

Disparition temporaire

Après la guerre, le boom automobile entraîne la disparition rapide du tramway du paysage urbain. Les autobus, devenus fiables et plus souples d’utilisation que le tram, sont des concurrents sérieux.
Les pouvoirs publics investissent alors surtout dans les infrastructures routières et autoroutières destinées à une automobile désormais perçue comme la marque du progrès. C’est l’époque où Pompidou déclare « la ville doit s’adapter à la voiture » |5|.

Les réseaux de tramways ne sont plus entretenus ni modernisés, ce qui achève de les discréditer aux yeux du public. Les anciennes lignes, considérées comme archaïques, sont alors peu à peu remplacées par des lignes de bus ou de trolleybus. Les dernières lignes du tram de Liège sont démantelées dans les années 1960.

Les réseaux de tramways disparaissent presque totalement d’Amérique du Nord, de France, de Suisse romande, des îles Britanniques et d’Espagne. En revanche, ils sont maintenus — et dans certains cas modernisés — en Allemagne, en Autriche, en Belgique (Bruxelles) en Italie, aux Pays-Bas, en Scandinavie, en Suisse alémanique, au Japon et dans toute l’Europe de l’Est. Au Canada, seule la ville de Toronto garde son réseau de tramways au centre-ville, suite aux pressions de citoyens.

Renaissance

PNG - 87.8 ko
La France connaît un renouveau impressionnant dans l’utilisation urbaine du tram. Source

Le choc pétrolier de 1973, ainsi que les problèmes croissants de congestion urbaine, vont réveiller l’intérêt pour le tram. D’une capacité supérieure à celle des bus, à la fois plus rapide et plus confortable (notamment pour les personnes à mobilité réduite), le tram présente en outre l’avantage de ne pas (ou peu) dépendre du pétrole.

En France, une réorientation politique en faveur du tram a lieu dès 1975. Même si les projets mettent du temps à se concrétiser — il faut dépasser le scepticisme d’une partie des acteurs à une époque où la fascination pour la voiture reste prédominante — les avancées sont réelles. Nantes inaugure son nouveau tram en 1985, Grenoble en 1987, Rouen et Strasbourg en 1994. Dans les années 2000, plus d’une dizaine de villes françaises suivront, aidées en cela par une politique nationale de soutien aux investissements dans les infrastructures de transport public.

Un outil de transition environnementale

Les qualités environnementales du tram sont nombreuses. Alimenté en électricité, le tram ne rejette aucun polluant sur son parcours. Pour peu que l’électricité utilisée soit produite dans le respect de l’environnement, le bilan environnemental du trajet en tram est tout simplement imbattable en comparaison des autres véhicules automoteurs. En outre, la motorisation électrique est nettement plus silencieuse que la motorisation thermique, ce qui participe à la qualité du cadre de vie urbain.

JPEG - 120.1 ko
Une amélioration qualitative importante de l’espace public peut résulter de l’implantation soigneuse du tram, comme ici à Montpellier. Source

Par ailleurs, la construction de nouvelles lignes de tram peut s’accompagner d’une réorganisation bénéfique de l’espace urbain. Le tram moderne s’inscrit en effet généralement dans un processus d’amélioration de la qualité de l’espace public, notamment via la rénovation architecturale et paysagère qu’il entraîne dans les quartiers, la limitation de la pénétration automobile au cœur des villes et l’amélioration des espaces piétons. Le tram propose ainsi une nouvelle image aux villes qui le choisissent.

En s’intégrant dans un réseau cohérent de transport en commun, le tram peut contribuer à redynamiser la ville, en la rendant attractive et en y favorisant l’implantation d’activités multiples. C’est un outil structurel pour contenir l’étalement urbain qui défigure nos campagnes et accroît de manière démesurée l’usage de la voiture individuelle, ainsi que les nuisances qui l’accompagnent.

Le coût de construction d’un réseau de tram — on parle de 500 millions d’euros pour la première phase à Liège — en fait un investissement majeur à l’échelle de la Région. S’il se justifie pleinement , dans une optique de réduction de notre dépendance au pétrole et en regard des bienfaits escomptés, il est fondamental que le projet soit bien pensé et soigné dans sa réalisation. À cet égard, l’expérience des autres villes mérite d’être prise en compte. Il s’agit d’un investissement sur le long terme dont la réussite sera in fine sanctionnée par les usagers.

|1| Un bonne partie des informations de cet article proviennent des pages de Wikipédia dédiées au tramway et à la
liste des tramways de France

|2| Les informations concernant l’histoire du réseau liégeois viennent des articles suivants : Liège autrefois et Le retour du tram ?.

Dernière modification de cette page : mercredi 27 octobre 2010.

Les commentaires des internautes

2 messages

Le tram, ce « vieux
posté le 15 décembre 2010 à 17h33 par Tram38

En effet, si Liège repense la ville comme Montpellier l’a fait, elle s’en sortira gagnante, pour autant aussi que toute l’infrastructure périphérique suive : accès faciles, tickets disponibles par tous moyens de paiements modernes, tarifs attractifs (je pense à Prague), fréquences intéressantes, ...

Vivement du concret !


Le tram, ce « vieux
posté le 29 octobre 2010 à 20h47 par Alain

L’exemple de Monpellier est révélateur de l’impact positif sur l’environnement immédiat. Mais cela reste un rêve. Je crains que le tram TGV de P+R à centre à P+R ne traverse des espaces ou rien ne sera remis en question. Il ne s’embarrassera pas de ces idées novatrices. Rentabilité !


tramliege.be

Le présent site web tramliege.be a pour but d’aider les habitants de l’agglomération liégeoise et les usagers de ses transports en communs à s’informer sur les enjeux de la construction d’un tram à Liège. Il cherche à favoriser l’implication du plus grand nombre dans le débat public.

Ce site est une initiative conjointe d’une vingtaine d’associations liégeoises. Il n’est pas un processus officiel mandaté par le Gouvernement wallon.

Pour garder le contact :


Lire aussi...

  • Et si le tram passait par le quartier St Léonard...

    le 24 mai 2012

    L’asbl urbAgora vient de rendre publique une étude qui démontre — à travers trois scénarios — la possibilité de faire passer le tram par l’intérieur du quartier Saint-Léonard plutôt que par les quais St (...)
  • Trop peu de logements desservis

    le 4 novembre 2011

    L’asbl urbAgora a rendu publique ce 4 novembre une estimation du nombre de logements desservis par le projet du gouvernement et pas une version plus urbaine du tracé. Les chiffres sont éloquents : (...)
  • Le point de vue de l’ACTP sur le tram

    le 14 décembre 2010

    L’Association des clients des transports publics (ACTP), qui participe à la plate-forme tramliege.be, nous fait part ici de son point de vue sur le projet de tram liégeois. Depuis quelques (...)
  • La mobilité vers le Sart-Tilman, casse-tête chinois

    par Thomas Lesuisse le 24 octobre 2010

    Malgré de nombreuses améliorations, accéder à l’université en transports en commun reste un parcours du combattant. Huit heures. Il fait froid, la machine à café est encore loin et vous avez cours (...)
  • Ce qu’ils en disent...

    le 19 octobre 2010

    « Quand on doit définir des politiques, il s’agit de voir, à un moment déterminé, quel est le sens que l’on doit donner à son action. Je pense, dans ce domaine, qu’il est extrêmement important d’avoir (...)
  • Petite chronologie du dossier du tram à Liège

    le 26 avril 2010

    Pour mémoire, un rappel chronologique des principales étapes du dossier. Bien sûr, l’histoire du projet ne se limite pas à la sphère institutionnelle et l’on pourra compléter cette chronologie d’une (...)
  • Le tram, pour repenser l’espace public

    le 22 avril 2010

    Le retour du tram est bien plus qu’un projet de mobilité : de par les importants travaux qu’il nécessite en voirie, de par le rééquilibrage de modes de transport qu’il induit (principalement vis-à-vis (...)

À propos de ce site

Le présent site web tramliege.be a pour but d’aider les habitants de l’agglomération liégeoise et les usagers de ses transports en communs à s’informer sur les enjeux de la construction d’un tram à Liège. Il cherche à favoriser l’implication du plus grand nombre dans le débat public.

Ce site est une initiative conjointe d’une vingtaine d’associations liégeoises. Il n’est pas un processus officiel mandaté par le Gouvernement wallon.

Chambre d'hôtes à Liège