L'ancien hôtel communal de Chênée ([source->http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ch%C3%AAn%C3%A9e_-_maison_communale.jpg]).

L’avis des comités de quartier de Chênée

le 21 avril 2010

Il nous semble intéressant de reproduire ici un communiqué de presse datant du 13 février 2009, signé par les trois comités de quartier de Chênée.

Le tram à Chênée

C’est avec grand intérêt que les trois comités de quartier de Chênée ont découvert l’avant–
projet de réseau de tram présenté ce mardi 10 février par M. le Ministre Antoine.

Ils sont en effet confrontés en permanence aux conséquences d’une politique de mobilité
jusqu’ici frileuse.

Le parc automobile augmente de jour en jour et la circulation et le stationnement génèrent des problèmes de plus en plus inextricables. Les déplacements « doux » (piétons et cyclistes) ne peuvent plus se faire partout avec la sécurité requise. La convivialité de quartiers s’en ressent nettement.

Par ailleurs, depuis longtemps, l’offre des transports en commun n’a pratiquement pas évolué. Souvent, elle ne correspond plus aux besoins nés des nouveaux lotissements ou de
l’intensification de certaines fonctions. Pensons aux écoles de Chênée. Les habitants sont donc poussés, presque malgré eux, à se tourner vers la voiture, alimentant ainsi le cercle vicieux des problèmes.

Notre soutien à un ré–investissement dans l’offre des transports en commun est donc entier.

En ce qui concerne le calendrier, nous regrettons vivement que la programmation de la ligne
qui relierait Ans à Vaux ne soit pas déjà prévue.

Pour rendre ce nouveau réseau attractif, il faut en effet qu’il soit au plus tôt le plus complet
possible. Nous demandons qu’à tout le moins, le tram soit à Chênée lorsque le site
« LBP » (quartier du Lhonneux) aura été assaini par la Spaque. Pour rappel, cet
assainissement fait l’objet d’un financement FEDER décidé au printemps 2008. L’attractivité du site pour l’implantation de nouvelles activités économiques dépendra de son accessibilité.
L’arrivée du tram est indissociable de cette rénovation.

En ce qui concerne les choix techniques, pour autant que les ébauches actuelles permettent de les deviner, nous demandons :

— le passage du tram dans les quartiers, partout où c’est possible, et pas sur les voies rapides excentrées par rapport à l’habitat (p. ex. passer rue des Grands Prés et pas quai Borguet) ;

— des liaisons fortes avec les quartiers latéraux : cela signifie des nouvelles lignes de bus (rue J. Cralle), des cheminements sûrs pour les piétons (réfection des escaliers qui descendent des Thiers) et aussi des passages sûrs et agréables vers la ligne de tram à partir de la rive de l’Ourthe ou de la Vesdre qui ne sera pas desservie ;

— une jonction effective avec le Ravel : le Ministre a parlé de la complémentarité « tram +
vélo », le Lhonneux attend depuis des années la réalisation d’une passerelle de jonction au
Ravel (Ligne 38), passerelle dont les infrastructures ont été réalisée en même temps que le
viaduc TGV ;

enfin, nous souhaitons vivement que le relais entre la E25 et le tram se fasse à
l’échangeur de Chênée et non aux « Grosses–Battes ». Le schéma actuel semble
indiquer qu’un parking-relais serait réalisé aux environs des Grosses-Battes. Ce qui veut
dire que la partie sinueuse de la « liaison » ne serait aucunement soulagée ! De plus,
l’échangeur des Grosses-Battes et son environnement forment un ensemble
particulièrement complexe : (de la rive gauche à la rive droite) bâti, chemin de fer,
autoroute enterrée, voiries en surface, Ourthe, voie rapide… Où assurer un transit aisé de
l’autoroute à un parking et de là au tram ? Pour être convaincu de se rendre en ville en
transport en commun, il faut que l’automobiliste perde le minimum de temps pour passer
de son véhicule au tram et ce, avec le maximum de confort. Ce n’est pas possible aux
Grosses–Battes, c’est possible à l’échangeur de Chênée. Avec un peu d’imagination, et
500 m de voies en plus, les trams pourraient alternativement faire leur terminus à Vaux ou
à ce parking-relais.

Enfin, les Comités se réjouissent de l’annonce que cet ambitieux plan de modernisation des
transports publics liégeois donnera lieu à une vaste participation citoyenne. Ils se tiennent
prêts, dès à présent, à alimenter le dossier par leurs réflexions et leur expérience.

Comité de quartier de Chênée–Centre
Christian LUCAS, Président, rue Chevy 16, 4032 Liège (Chênée)

Comité de quartier de Chênée–Lhonneux
Joëlle MEHLEN, Présidente, rue du Bateau 29, 4032 Liège (Chênée)

Comité de quartier de Chênée–Thiers et Extensions
Serge SCORY, Président, rue J. Hodeige 37, 4030 Liège (Grivegnée)

Dernière modification de cette page : lundi 26 avril 2010.

Les commentaires des internautes

1 message

L’avis des comités
posté le 2 mai 2010 à 9h47 par chris

L’arrivée du tram est une opportunité à saisir pour restructurer notre espace de vie. Je suis très content que le comité de Chênée se soit positionné par rapport à la question. Celle-ci ne concerne pas uniquement le centre de Liège mais tout la communauté urbaine. En espérant que ce nouveau défi s’accompagne, comme en France (Bordeaux est un exemple incroyable) d’une amélioration de la qualité de vie en ville.


tramliege.be

Le présent site web tramliege.be a pour but d’aider les habitants de l’agglomération liégeoise et les usagers de ses transports en communs à s’informer sur les enjeux de la construction d’un tram à Liège. Il cherche à favoriser l’implication du plus grand nombre dans le débat public.

Ce site est une initiative conjointe d’une vingtaine d’associations liégeoises. Il n’est pas un processus officiel mandaté par le Gouvernement wallon.

Pour garder le contact :


Lire aussi...

À propos de ce site

Le présent site web tramliege.be a pour but d’aider les habitants de l’agglomération liégeoise et les usagers de ses transports en communs à s’informer sur les enjeux de la construction d’un tram à Liège. Il cherche à favoriser l’implication du plus grand nombre dans le débat public.

Ce site est une initiative conjointe d’une vingtaine d’associations liégeoises. Il n’est pas un processus officiel mandaté par le Gouvernement wallon.

Chambre d'hôtes à Liège